Philippe W.

L’histoire de ce voyage commença un peu comme un conte de fée. Il était une fois une grand-mère qui rêvait d’aller découvrir le monde avec ses petits enfants en leur offrant de faire un voyage avec elle à leurs 18 ans. Bientôt son âge ne lui permit plus d’accomplir son rêve. Comme elle ne voulait pas défavoriser les plus jeunes de ses petits enfants, elle ouvrit au nom de chacun d’eux un compte d’épargne pour leur permettre de réaliser un jour ce rêve.

A 18 ans, ma fille Beatriz eut la grande joie de revoir ce cadeau totalement inattendu. Mais quel voyage faire et avec qui ?

La destination ne tarda pas à être choisie. L’Inde attira notre voyageuse en herbe, pays de magie, de couleurs, de senteurs. Avec qui ? Quelqu’un qui pourrait lui rappeler sa bonne fée: son fils. Qui pourrait mieux que lui, lui conter cette «Bonne Mamy» ?

Ainsi, je me suis trouvé embarqué dans ce projet ambitieux : celui de réaliser ce que Bonne Mamy aurait imaginé.

L’idée d’aller si loin pour ne faire que du tourisme a vite été écartée. Il en fallait certes, mais il était important de faire de ce voyage une ouverture au monde, à la veille de l’entrée de Beatriz à l’université. Assez rapidement le projet s’est structuré autour de trois points : rencontrer des indiens, voir des projets de développement et nous laisser imprégner par la culture et la beauté du pays.

Après avoir exposé ce projet ambitieux à Vikram et Tarika de Chetak Travels, ils nous aidèrent à mettre sur pied tout un parcours qui nous permit de remplir les objectifs recherchés.

Grâce à Suresh, notre chauffeur-guide, un vrai ange gardien, nous avons pu suivre le programme prévu sans aucun stress et profiter ainsi au maximum de ce que chaque journée pouvait nous offrir de rencontres, de découvertes inattendues, de dépaysement.

Parmi ces nombreuses perles il y eu la découverte du marché aux fleurs à Madurai. En entrant en ville, Suresh nous demande si nous aimerions découvrir le marché aux fleurs. Certainement. Il nous dépose à l’entrée du marché et nous sommes directement pris par l’ambiance, les couleurs, les senteurs, les sourires, l’accueil de tous, la vente des fleurs au kilo dont le jasmin pour en faire les tresses que les femmes portent dans leurs cheveux. Beatriz se voit offrir des roses à mettre dans les siens. Nous en rapporterons une brassée extraordinaire de photos et des souvenirs. Une autre fois, à Kanchipuram, nous souhaitions rencontrer une ONG: Ride. L’adresse n’était pas très précise, mais heureusement nous avions un numéro de téléphone. Suresh prit l’affaire en main, rentra en contact avec les responsables et cela nous permit de passer plusieurs heures avec un couple d’indien extraordinaire. Il en fut de même le dernier jour quand allâmes à la découverte de Kanyakumari et de la laiterie coopérative de Mulagumoodu, projet cofinancé par Manos Unidas España. Malgré le peu de précision de l’adresse, il nous conduisit à bon port pour découvrir une réalisation impressionnante de plus de 2000 paysans fournisseurs de lait et d’un réseau tout aussi étonnant de 300 distributeurs, le tout couplé à un programme d’éducation des enfants et sous la direction du Father María qui nous accueillit à bras ouvert.

Au Kerala nous n’avons pas manqué de jouer aux vrais touristes : promenade à dos d’éléphant, spectacles théâtraux, visites de jardins d’épices, d’usine à thé, une journée sur un boat-house dans les Back-Waters, etc… mais partout nous avons trouvé un accueil et un contact très chaleureux, faisant de chaque activité une véritable rencontre.

Quelle expérience enrichissante n’avons-nous pas vécue ! Que de rencontres passionnantes n’avons-nous pas eues !

Merci Vikram et Tarika qui nous ont rendu possible ce voyage de conte de fée projeté par notre Bonne Mamy, que nous avons sentie bien présente parmi nous tout au long de ces semaines des découvertes qu’elle nous a permises de vivre.