Mahashivratri

Mahashivratri

Le Mahashivratri est le seul festival de son genre en Inde. Dédié au seigneur Shiva, un Shivratri qui signifie littéralement « la nuit de Shiva », tombe sur la 13ème nuit de la lune décroissante de chaque mois lunaire, la plus longue nuit du mois. Mais la spécialité du Mahashivratri ou « la grande nuit de Shiva » est qu’elle se produit en février-mars, une nuit très forte en énergie spirituelle. Bien que plusieurs histoires légendaires soient associées à ce festival, scientifiquement, en cette nuit particulière de Mahashivratri, l’hémisphère nord de la planète est positionné de telle sorte qu’il y a un regain d’énergie naturel chez un être humain. C’est donc un jour où la nature pousse une personne vers son apogée spirituel à condition que la personne garde leur colonne vertébrale verticale. Le but de ce festival de nuit est de rester éveillé de 18 h du soir jusqu’à 6 h le lendemain matin pour permettre la montée naturelle de ces énergies spirituelles.

LE MAHASHIVRATRI AU NORD DE L’INDE

C’est sans aucun doute à Varanasi, la demeure du seigneur Shiva, où les festivités sont les plus intenses. On dirait que la ville se transforme en un énorme temple qui attire les dévots du monde entier. Chant de mantras, odeur de camphre, aartis majestueux en divers Ghâts, performances de sitar, sarod, tabla et discussion sur les nuances de divers ragas etc. peuvent être trouvés autour de la ville de l’aube au crépuscule. La musique classique fait écho partout. Le sarangi, le tabla, le shenai, le tanpura, le sitar, le sarod, le santoor et la flûte font partie de l’héritage de Varanasi.

Une expérience merveilleuse qu’aucun mélomane hindoustani ne devrait manquer est le Dhrupad Mela qui se tient chaque année pendant les célébrations du Mahashivratri. Débuté en 1975, ce Mela vise à préserver la tradition musicale du genre vocal de Dhrupad, le style musical hindoustani le plus ancien et le plus pur. Les musiciens qui participent à ce festival considèrent leur performance comme une vipassanaa (méditation) et un dialogue spirituel entre eux et le public, fait par amour et générosité.

LE MAHASHIVRATRI AU SUD DE L’INDE

Le sud de l’Inde fête également cette grande nuit de Shiva avec de la musique, des danses et une abondance de spiritualité. La ville de Chidambaram est la destination phare pour cette occasion, car c’est à Chidambaram où Shiva est vénéré sous sa forme de danseur cosmique, le Nataraj. Le temple de Chidambaram est témoin de la naissance de la danse classique indienne Bharathanatyam, une danse que le seigneur Shiva appelle la danse cosmique de la création. Un programme de cinq jours appelé Natyanjali est organisé chaque année par les autorités du temple, ce qui attire une foule d’amoureux de danse dans cette région. Le Mahashivratri est une véritable expérience à ne pas manquer, elle incarne la spiritualité indienne, ses traditions et son héritage.


Margazhi-Paavai Nombu

Margazhi-Paavai Nombu

Est-ce que le battement des tambours ou Goshti Gana vous derange à 4 heures du matin? Voyez-vous d’énormes kolams dessinés devant la plupart des maisons? Vous demandez-vous si cet événement dure plusieurs jours? Si oui, vous êtes certainement au Tamil Nadu pendant le mois de « Margazhi ». Ce mois tamoul est entre la mi-décembre et la mi-janvier. En dépit du faite qu’il est le mois le plus froid de l’année, le rituel de Paavai Nombu est observé par la plupart des Tamouls particulièrement dans les zones rurales. Ceci dit, les citadins fêtent ce mois-çi également avec beaucoup d’ardeur. C’est le mois de concerts de musique classique qui se déroulent dans tout le Tamil Nadu dans les académies de musique, les Gana Sabhas (hall pour récitals) et dans presque tous les principaux temples dédiés à Shiva et au Seigneur Vishnu.

La tradition du Paavai Nombu remonte à 160 av. J.-C., il y a environ 2 000 ans. A l’époque, le but de ce Nombu était de créer un environnement naturel propice qui déterminerait la quantité de précipitations à venir. Oui, techniquement, on croyait que plus on entendait le son «keech keech» sur les bords de la rivière, plus les pluies étaient abondantes. Ces sons ont été créés par de jeunes filles célibataires tout en jouant avec du sable et de l’eau connu sous le nom de « Pani neeraadal ». En plus de cela, on croyait que le lit de la rivière serait réchauffé par ces mouvements. Dans le passé, tout cela été considéré comme étant très important pour l’arrivée des précipitations dans la saison prochaine.

Avec la montée du Vaishnavisme et du Shaivisme au début du 7ème siècle, le Paavai Nombu fut observé en chantant les chansons de Thirupaavai et Thirvempavai dédiées respectivement dédiées à chaque secte. Le Thirupaavai a été écrit par Andal à Srivilliputhur à la gloire du Seigneur Vishnu, tandis que le Thriruvempavai a été écrit par Manikavasagar à Tiruvannamalai à la gloire du Seigneur Shiva. Les poèmes ou Pasasurams de Thirupaavai visent à obtenir la bénédiction du Seigneur sous la forme d’un bon mari comme le Seigneur Krishna, tandis que le Thiruvempavai culmine avec l’expérience de Shiva.

Le but du Nombu peut varier, mais le mois de Margazhi est essentiellement consacré à l’éveil spirituel et à l’abstinence des jouissances terrestres. L’accent est mis sur les arts, en particulier la musique qui aide les gens à rester concentrés sur leur voyage spirituel.


Diwali

Diwali

Avec les pétards, l’odeur agréable d’encens et d’aarti, les festins et les gens en tenues traditionnelles exquises, vous savez que Diwali, le roi de tous les festivals indiens, est proche. Diwali se réfère à Deepon ka Aavali (dans le nord de l’Inde) ou Deepa Oli (dans le sud de l’Inde), ce qui signifie des « rangées de lampes » et « la lumière des lampes » respectivement. Tout comme le Navratri et d’autres festivals importants, Diwali est célébré différemment selon les cultures des communautés différentes. Mais quelles que soient les différences, il n’y a aucun doute que Diwali est le maharaja de toutes les fêtes célébrées dans le pays.

Les célébrations dans le nord de l’Inde comprennent un festival de cinq jours

  • Le premier jour est Dhanteras. Ce jour-ci, les foyers et les centres d’affaire sont nettoyés et décorés. L’achat de nouveaux ustensiles et de l’or ce jour-ci est considéré comme de bon augure.
  • Le deuxième jour est Naraka Chaturdasi. C’est le jour où le démon Narakasur a été tué par le Seigneur Krishna.
  • Le troisième jour est le véritable festival de Diwali. Un puja à la déesse Lakshmi chez soi et dans les bureaux marquent normalement le début d’une année financière dans le nord de l’inde.
  • Le quatrième jour est célébré sous le nom de Diwali Padva. Les femmes mettent habituellement un tilak sur le front de leurs maris, lui mettent une guirlande après un aarti pour lui souhaiter une longue vie. En échange, les maris leur offrent des cadeaux, une journée donc dédiée aux relations mari-femme.
  • Le dernier et le cinquième jour est le Bhai Dooj, une fête similaire à Raksha Bandhan, dédiée aux relations entre frères et sœurs. C’est un bon moment, surtout pour les femmes mariées, de se réunir avec sa propre famille et de partager la joie post-Diwali.

Les célébrations dans le sud de l’Inde comprennent un festival de deux jours

  • Le jour de Naraka Chaturdasi est célébré comme le principal festival de Diwali. On se réveille normalement très tôt le matin (3 h à 4h30). Les nouveaux vêtements sont portés après un bain d’huile spécial et un legiyam (une sorte de médicament) pour faciliter la digestion de la nourriture riche qui serait consommée pendant la journée. Après la puja du matin, un somptueux petit déjeuner non-végétarien suivi de sucreries sont à l’ordre du jour dans la plupart des foyers. Ceci est suivi par une distribution de sucreries aux voisins et aux amis. Les pétards se font entendre tout au long de la journée.
  • Alors que le jour de Naraka Chaturdasi rime avec festin, le Diwali Nombu, le lendemain matin est beaucoup plus léger pour le corps. Une Kalasa Puja est faite dans certains foyers et dans les principaux temples. Un plat spécial appelé Athirasam est préparé ce jour-ci comme prasad et une corde spécialement conçue appelée «Nombu Kayiru» est attachée au poignet aux membres de la famille après la puja.


Festival De Navratri

Festival De Navratri

À juste titre appelé « Le Carnaval de Rio de l’Est », le Navratri est célébré dans tout le pays avec des variations en coutumes et rituels selon l’état. Dans l’ensemble, le pays entier porte un regard de fête et d’ethnicité élégante au cours de ce festival. Bien que beaucoup de légendes soient associées à ce festival, tout le monde serait d’accord que ce festival célèbre le Bien triomphant sur le Mal et la féminité.

Comme son nom l’indique, Navratri signifie littéralement Neuf Nuits. Il est donc observé pendant neuf nuits de suite. Théoriquement et selon les textes hindous il y a quatre Navratris dans une année, le Sharada Navratri qui tombe entre le mois de septembre et d’octobre est le plus célèbre. Chacun des 4 Navratris a lieu pendant la phase montante de la lune. Si la date soit la même pour l’ensemble du pays, les rituels et les coutumes varient partiellement ou entièrement d’un état à l’autre.

Les légendes majeures associées à ce festival sont celles de la déesse Durga qui triomphe sur le roi démon Mahishasura (selon le Shaktisme) et le Seigneur Rama triomphant sur le roi démon Ravana (selon le Vaishnavisme). Bien que les légendes proviennent de différentes écoles d’hindouisme, les deux festivals visent à célébrer la féminité. Alors que dans le shaktisme, la déesse est singulièrement le centre des festivités, dans le Vaishnavisme, les rituels sont centres sur le Seigneur Rama qui adore la déesse Durga dans ses différentes formes pendant ces neuf nuits pour obtenir toute son énergie et ses bénédictions afin de vaincre le puissant roi Ravana.

Si les légendes ne sont que deux, les festivités, les pratiques et les rituels sont nombreux qui ne peuvent pas tous être discutés dans un seul blog. Examinons donc les plus éminents dans les blogs à venir.


Festival de Velankanni

Festival de Velankanni

Pensez-vous que marcher pieds nus (Pada Yatra) pour rendre hommage à un temple sacré n’est qu’une pratique religieuse hindoue? Ici, dans le sud de l’Inde et plus particulièrement au Tamil Nadu et au Kerala, de grands groupes de dévots chrétiens vêtus en safran, mais également des personnes de toutes les religions (principalement chrétiens et hindous), entreprennent un Pada Yatra jusqu’à Velankanni pour assister principalement à la cérémonie du levée des drapeaux.

L’église de Velankanni ou la Basilique de Notre-Dame de Bonne Santé, située dans le district de Nagapattinam au Tamil Nadu, est l’un des plus grands centres de pèlerinage catholique du pays. La fête de Velankanni commémore les miracles qui ont eu lieu autour du site de la basilique datant depuis le 16ème siècle. Un incident historique raconte comment la Mère Marie a sauvé la vie des marins portugais naufragés. Un autre miracle bien connu est lorsque la Mère Marie est apparue sous la forme d’une jeune mère demandant du babeurre pour son enfant à un garçon paralysé qui la vendait. Après avoir nourri l’enfant avec du babeurre, elle a révélé son vrai aspect au petit garçon et a soigné ses jambes paralysées. À la suite de cet événement miraculeux, une chapelle en chaume a été construite par les habitants. Les pouvoirs de guérison miraculeux de la Vierge Marie ont également valu à l’église le nom de «Lourdes de l’Est».

C’était le 8 septembre où les marins portugais ont dédié la chapelle à Notre-Dame après des améliorations à la petite chapelle permanente qu’ils ont construit immédiatement après leur sauvetage. Par conséquent, pour célébrer la date de leur sauvetage, ils ont commencé le festival annuel de Velankanni qui s’étend sur 11 jours du 29 août au 8 septembre. Chaque année, le 29 août à 18h30, une cérémonie impressionnante du levée du drapeau qui marque le début du festival est réalisée devant une grande foule de dévots en face de Notre-Dame de Bonne Santé. La Sainte Messe se déroule de 6h à 18h30, 14 fois en environ 6 langues tous les jours de la fête. Un chariot illuminé et coloré portant l’idole de Notre-Dame est pris en procession vers 20 heures tous les jours du 29 septembre au 8 août, événement qui attire beaucoup de pratiquants ainsi que des touristes. La procession est suivie par une Novena (service liturgique) plus tard dans la soirée. Le festival se termine par l’abaissement du drapeau de Notre-Dame à 18h00 le 8 septembre, et la grande fête de la messe se déroule le 8 septembre à 6h15 dans l’auditorium en plein air de la basilique. De plus, tous les jours après la procession, des programmes culturels sont réalisés comme des concerts musicaux, des pièces de théâtre, des spectacles de Bharathanatyam, etc. dans un auditorium en plein air.

Venez à Velankanni au Tamil Nadu entre le 27 août et le 8 septembre si vous souhaitez vivre un Velankanni spirituellement trempé ou participer à un Pada Yatra (5 jours de Pondichéry) avec des dévots qui marchent pieds nus. Nous sommes ici pour vous aider.


Paryushana

Paryushana

Paryushan, le roi de toutes les fêtes jaïnes, est une semaine de purification spirituelle observée par les deux sectes du jaïnisme. Les Svetambaras l’observent sur une période de huit jours tandis que les Digambaras l’observent sur une période de dix jours et l’appellent Das Lakshana. Le mot «Pari» signifie «de toutes les directions possibles» et «Ushan» signifie «se dissiper ou brûler», alors que dans un autre contexte, Paryushan, veut dire «respecter et se réunir».

Les Jaïns fêtent cette semaine en observant des jeûnes et en participant à plusieurs séances de méditation. Les Jaïns Digambara organisent plusieurs processions et récitent les dix chapitres du Tattvartha Sutra (un ancien texte jaïn). Les Svetambaras, quant à eux, célèbrent cette semaine en récitant le Kalpa Sutra, un texte jaïn composé des biographies des Tirthankaras (personnes qui ont atteint l’illumination). Ils récitent aussi le Sutra d’Antagada, un texte sur la vie de ceux qui ont atteint l’illumination durant les vies de Neminatha et de Mahavira. Il n’y a pas de règles strictes concernant les jeûnes. Les adeptes sont libres de pratiquer en fonction de leur capacité et de leur désir. Cependant, la communauté jaïne profitent de cette semaine spéciale pour refléter, faire une introspection et pour s’immerger dans la pénitence de diverses manières comme un moyen de purifier l’esprit, le corps et les émotions de toute négativité. Un aspect important qui conclut cette semaine est le samvatsari pour les Svetambaras ou Kshamavani pour les Digambaras. C’est un jour important de pardon et de la demande de pardon. C’est la raison pour laquelle cette semaine s’appelle la fête du pardon. Le samvatsari est le dernier jour du festival Paryushan, qui tombe normalement sur un Chaturthi (4ème jour) de la lune montante dans le mois sacré de Bhadra coïncidant avec le Ganesh Chaturthi (l’anniversaire du Seigneur Ganesh), un festival hindou.

« Micchami Dukkadam » est la phrase utilisée pour demander pardon. C’est une phrase en Prakrit (langue proche au sanskrit), « Que tout le mal qui a été fait soit infructueux ». Ce jour, chaque membre de la communauté jaïne s’approche de tous, indépendamment de leur religion, et leur demande pardon de les avoir offensés par la pensée, la parole ou l’acte soit consciemment ou inconsciemment.

L’objectif principal de la semaine Paryushan est donc de se rappeler et d’insister strictement sur les cinq éthiques fondamentales: Ahimsa (la non-violence), Satya (la vérité), Asteya (s’abstenir à tout vol), Brahmacharya (la chasteté) et Aparigraha (la non-possession) pour toute la durée du festival. Cela vise à élever l’être humain dans ces pensées, ces émotions et ces actions.


Onam

Onam

Principalement le festival de la récolte du riz au Kerala, Onam est également connu sous le nom de festival des fleurs de pluie. Pour la plupart des Keralais, Onam est le jour où leur roi bien-aimé qui a gouverné le Kerala depuis longtemps, est rentré pour visiter son royaume. La légende veut que le roi Mahabali soit si sincère, honnête, juste et bon que ses citoyens ont presque oublié les Devas et les pujas à eux destinés qui les ont rendus jaloux. Ils ont donc demandé au Seigneur Vishnu de mettre un terme à cette situation. Le Seigneur Vishnu ne pouvait pas refuser leur demande car il s’agissait de maintenir l’ensemble du système en équilibre. En dépit donc de son dévouement pour le Seigneur Vishnu, celui-ci ci l’a trompé en profitant de sa seule faiblesse, son égo. Le Seigneur Vishnu a pris la forme d’un Vamana Avatar (le 5ème avatar du Seigneur Vishnu, un mendiant nain) et l’a vaincu en le poussant dans les enfers de Patala. Toutefois, parce qu’il était un roi si parfait, il lui fut accordé la bénédiction de visiter son royaume une fois par an le jour d’Onam.

Le festival est célébré sur une période de 10 jours, car on croit qu’il a fallu 10 jours au roi pour retourner des enfers de Patala jusqu’à la Terre. Le premier jour est le jour où il commence son voyage pour visiter son royaume. Ce jour-là, le festival débute à Kochi, au Kerala, avec le défilé royal appelé Attchamayam quittant le temple dédié au Seigneur Vamana à Thrikakkara, l’ancienne capitale de son royaume. Ce défilé représente tous les éléments de la culture keralaise, y compris les éléphants royaux caparisés. Une fois que le Kodiyettu (levage de drapeau) dans ce temple est terminé, les célébrations d’Onam dans les temples voisins peuvent commencer. Le temple de Thrikakkara est considéré comme le cœur des célébrations d’Onam. En dehors du défilé du premier jour, deux autres grandes processions à savoir le Pakalpooram et le Seeveli se tiennent au temple le dernier jour (9ème jour) et le jour Onam respectivement. Ces deux processions attirent beaucoup de dévots et de touristes. Outre les processions, le Sadaya sur les terrains du temple est également une attraction importante. Le Sadaya est un festin traditionnel préparé avec des légumes de saison et servi sur une feuille de banane. Ce repas élaboré a un minimum de neuf plats et un maximum de deux douzaines de plats dans certains foyers. Bien qu’il ait été déclaré tabou (Haram) par certains prédicateurs islamiques, quelques communautés musulmanes célèbrent Onam avec les communautés chrétiennes et hindoues dans une grande exposition d’harmonie communale dans l’état. De grands et jolis Pookolams (un kolam fait avec de fleurs au sol) sont dessinés à l’entrée des maisons et des temples, des images d’Onatthappan (Vamana) sont accrochées dans les maisons, les spectacles de Kummattikali (danse avec masques en bois) sont donnés à Thrissur et le Kathakalli (danse traditionnelle du Kerala) à Valluvanad. Le Cheruthuruthy et le Thriruvathirakali (danse exécutée par un groupe de danseurs applaudissant autour d’une lampe) sont également présentés. Pulikali (une promenade de chasse au tigre faite par des danseurs peints comme des tigres et des chasseurs) se déroule le 4ème jour d’Onam à Thrissur, Malabar, dans le nord du Kerala. Une présentation d’instruments de percussion tels que Panchavadhyam, Chenda, etc., et le Vallamkali (Course de bateaux) sont également lieu à Aranmula. Onam est célébré dans tout le Kerala, mais les célébrations les plus élaborées se fêtent à Kochi, Trivandrum, Thiruvananthapuram, Thrissur et Kottayam.


Krishna Janmashtami

Krishna Janmashtami

Janmashtami (janma – la naissance et ashtami – le huitième avatar du Seigneur Vishnu) fête la naissance de Sri Krishna. Partout dans le monde on dessine des rangolis énormes du Seigneur Krishna ou de ses empreintes à l’entrée des maisons, on prépare des plats spéciaux à savoir le gopalkala (plat salé fait avec du riz, du yaourt et du concombre) et le seedai (de petits beignets salés). Tout ceci représente la joie des gens célébrant la naissance de leur bien-aimé Seigneur Krishna. Ce jour-là, Sri Krishna est adoré sous la forme d’un nourrisson, d’où les rituels sont faits à l’idole du nourrisson. L’idole est baignée à minuit, au moment où il est censé naître et est placé dans un berceau. Il est ensuite orné de fleurs, de bijoux et d’un petit « mukut » ou d’une couronne. Tout le monde se passe le berceau en l’air en chantant des chants d’éloges et des chants dévotionnels. Le « Naivedya » principalement le beurre, sa nourriture préférée depuis son enfance, lui est offert et ensuite distribué à tous.

Afin de sauver le monde du maléfique roi Kansa de Mathura, Sri Krishna, est née la huitième incarnation du Seigneur Vishnu. C’était la sœur du roi, Devaki qui a aidé à l’accouchement de Sri Krishna. Afin de sauver le Seigneur, le père de Sri Krishna, Vasudev, a réussi à donner le nouveau né, le jour même de sa naissance, aux soins de son ami Nanda et de sa femme Yashodha à Gokul, afin qu’ils puissent l’élever en toute sécurité. Ils ont fait cela avec une fidélité et un dévouement complets. Krishna était un fils chéri à ses parents, un ami et camarade fidèle, un disciple dévoué, un mari aimant et un frère de confiance. Vous trouverez en lui un enseignant, un protecteur, un ami, un guide et un amoureux incomparable.


Nehru Trophy Boat Race

Nehru Trophy Boat Race

Le drapeau tombe ! Et ca y est, la compétition démarre dans une atmosphère intense rempli des rythmes résonnants des rames plongent dans l’eau environ 100 à 120 fois par minute pour créer une scène sur l’eau absolument impressionnante. Réalisé le deuxième samedi d’août chaque année, la course du bateau Trophy Nehru transforme le lac autrement serein et tranquille de Punnamada en une arène de bateaux serpents bondé de rameurs. Ces bateaux serpents ou Snake Boats sont des canots supérieurs construits par les rois eux-mêmes pour donner un avantage sur leurs adversaires pendant les batailles dans la rivière. Au fil du temps, les guerres ont cessé en laissant de nombreux bateaux serpents non-utilisés. Beaucoup plus tard ils ont été utilisés à des fins de divertissement comme les courses de bateaux.

Pour marquer la visite du Premier ministre de l’époque, Pandit Jawahar Lal Nehru à Alleppey en 1952, les habitants d’Alleppey lui ont donné un accueil vivace et agréable en forme de voyage en bateau accompagné d’une procession de bateaux, d’Alleppey à Kottyam. Ceci était suivi d’une course de bateaux colorée nommée «le trophée du Premier Ministre» au lac Vembanad pour la première fois. Mais la décision de reprendre ce concours chaque année a été faite pour commémorer le véritable bonheur et excitation exprimé par Pandit Nehru lors de sa visite. Il a été tellement enthousiasmé par la foule et les rameurs qui travaillaient leurs rames aux chants rythmés et aux battements des tambours des artistes interprétant « kathakali » « theyyam » « panchavadyam » et « padayani » derrière les bateaux de course qu’il a essayé de sauter dans le bateau du gagnant quand il était très près de son pavillon. Plus tard, un premier voyage a été effectué par le Premier Ministre dans le bateau du gagnant, accompagné par d’autres bateaux serpents pour la sécurité. Cet événement a marqué le début du plus grand sport nautique au monde. Jawaharlal Nehru s’est ensuite rendu à Delhi d’où il a envoyé un trophée d’argent pour les gagnants de la course de bateaux. Le trophée a été façonné sous la forme d’un serpent avec l’inscription: « Aux vainqueurs de la course de bateaux qui est une caractéristique unique de la vie communautaire à Travancore ». Depuis lors, chaque année, le Nehru Trophy Boat Race est organisé au lac Punnamada.


Festival d'Aadi

Festival d’Aadi

Aadi est le quatrième mois dans le calendrier tamoul. Il marque le début de la période de six mois du lever du soleil dans le sud-est de l’équateur appelé aussi Dakshinayana. Aadi, considéré comme étant peu favorable pour les fêtes personnelles telles que les mariages, les crémaillères, etc. Toutefois c’est un mois de fêtes religieuses importantes. C’est une période de l’année très propice pour les femmes et leurs sadhanas (parcours spirituels). Si vous êtes au Tamil Nadu pendant ce mois-ci, vous entendrez sûrement les haut-parleurs des temples qui émettent des chants dévotionnels, les pétards et les énormes découpages des dieux et des déesses. Ces célébrations religieuses incluent le Velaku Poojai, une fête où les femmes se rassemblent dans un temple et font une puja en ligne droite menant à une grande lampe à l’huile. Le Theeth Mithithal est un rituel où les hommes marchent sur les braises devant un temple. Le Koozh Ootrudhal est la distribution du ragi (type de millet) comme prasad donné aux dévots au temple tous les vendredis, Maa vilakku, est le rassemblement des femmes avec des laddus (Bonbons circulaires) faits de sucre de canne et du riz. Ils allument une lampe au centre de ces laddus qui sont offerts au cours de la puja et sont ensuite distribués aux dévots plus tard. Puthhuku Paal Varthal est un culte de serpent. Les temples ont des répliques des tanières de serpents qui sont adorées pendant cette journée. Et enfin, toutes les divinités de ce festival sont joliment décorées et sont prises sur un chariot en processions pour tous ceux qui souhaitent obtenir leurs bénédictions dans les régions voisines.

Les festivals importants incluent Aadi Pirapu: Le début de ce mois de festivités est marqué par la décoration de la maison avec des feuilles de mangue sur les cadres des portes et de beaux grands kolams (décoration de poudre de craie) à l’entrée des maisons. Ces kolams sont bordés par de la poudre de brique. Une puja est alors faite dans la matinée suivie d’une fête de spécialités indiennes, y compris le payasam (plat sucré indien fait de vermicelle), vadai (beignet indien), etc. Une coutume importante faite ce jour est le changement du fil jaune des femmes dans leur « Thali« . Ce mois-ci est également plus important pour les familles où la fille est nouvellement mariée, car elles sont ramenées à la maison du marié ce jour-là. Ceci est fait pour éviter la conception du premier petit-fils né entre les mois d’avril et de mai, considérés comme les mois les plus chauds au Tamil Nadu. Aadi perukku: également appelée padinettam perukku, est célébré le 18ème jour de ce mois. Les gens paient leurs hommages aux plans d’eau comme les rivières, les lacs ainsi que les citernes des temples, etc. Ils célèbrent la montée des niveaux d’eau en raison de l’apparition de la mousson. Par conséquent, ce festival est très spécial dans la région du delta de Kaveri. Mulaipari est un festival important dans les villages de l’Inde. C’est une procession dans laquelle les femmes se promènent vers le lit d’une rivière transportant des pots de Navadhanya (9 types de grains) germée. La déesse Parvathi est adorée ce jour-là, tandis que Chitrannam, (variétés de riz avec des saveurs différentes) est offert pendant la puja­ et est distribué aux membres de la famille après la puja sur la rive. Aadi Pooram: Ce festival est célébré le jour de l’étoile Pooram de ce mois. Parmi les Vaishnavites (dévots du Seigneur Vishnu), ce jour s’appelle Aandal Jayanthi, une incarnation de Mahalakshmi (déesse de la prospérité). À Srivilliputhur, lieu de naissance de la déesse Aandal, consœur de Vishnu, il est célébré comme un festival de 10 jours sous le nom d’Aadi Brhamotsavam. Le 10ème jour, le jour de Pooram, le mariage divin du dieu et de la déesse est mis en scène. Parmi les Shivaites (dévots du Seigneur Shiva), cette journée est célébrée sous le nom de Valaikaapu, où des bracelets en verre sont offerts à la Déesse et distribués parmi les dévots.

Varalakshmi Puja: Contrairement aux autres festivals aadi, celui-ci est célébré à la maison. Cette puja est faite le vendredi avant la journée de la pleine lune de ce mois. Le terme Varalakshmi signifie la déesse qui accorde des bénédictions. On vénère Mahalakshmi sous la forme de Varalakshmi en ce jour. Par conséquent, les femmes mariées exécutent strictement cette puja pour le bien-être des membres de leur famille. La déesse est adorée sous la forme d’un Kalasam, un pot, décoré avec le visage de la déesse Ambaal sur une noix de coco et placé sur du riz et les feuilles de banane tandis qu’un Maakolam (type de kolam) est dessiné en avant. La puja est faite par les dames de la maison qui chantent Lakshmi Shasranamam et d’autres shlokas (prières rythmées). Dans la soirée, les femmes mariées voisines sont invitées à la maison et la distribution de Thambulam (retour) est effectuée. Outre les festivals mentionnés ci-dessus, les jours mensuels de puja comme le Kirthigai dédié au Seigneur Muruga, l’Amavasya (journée sans lune) et les jours de puja hebdomadaires comme le mardi (Aadi Chevvai) et le vendredi (Aadi Velli) sont également célébrés plus spécialement lors du mois aadi.